mardi 30 octobre 2018

La ruée vers l'ouest...





          C’est vrai qu’avec Adrien, l’idée de partir en road trip dans l’ouest de la France nous tarabusquait pas mal ! Et à force d’en parler on a fini par le faire ! Réservation d’une tite piolle sous les pins maritimes, quelques heures de route avec le bateau au cul, session courses éclair et détente, enfin DETENTE !

Les ravages de la drogue.. Ici les effets du 3D river roach de Savage Gear
Ouais mais bon, quand 2 pêcheurs se retrouvent en détente il n’y a pas vraiment de place au repos… Les coups du matin viennent s’enchaîner avec les coups du soir qui s’enchaînent eux-mêmes avec un apéro et un bon petit repas.


La semaine défile plus vite que prévu avec ses péripéties quotidiennes. Au programme on s’était plutôt accès Bass mais au final il y a des perches puis au second final il y a peut-être aussi du brochet enfin si le vent se lève et pour finir on se retrouve avec 8 cannes soit 16 cannes au total dans le bateau et toute la ribambelle de leurres qui vont avec ! 
Mais ce n’est pas grave, on l’aime notre maladie, notre bêtise!

Une fois sur l’eau on peut savourer pleinement ces années d’investissement dans le matériel car il n’y a pas à dire la qualité du matos a un prix et ce « confort » devient gain de temps et de précision lors de nos créneaux pêche. Tout est fait pour rentabiliser et optimiser les minutes sur l’eau !
Un régal de déballer les affaires des autres, hein!
3D Blue Gill de Savage Gear

Je veux dire par là que tout est minutieusement préparé, calculé à l’avance (choix de cannes, de moulinets et de leurres). Mais, car il y aura toujours un « mais » à la pêche, cette dernière se joue de notre patience, se moque de nous…
On se sent nul, on l’est peut être, même surement et on s’en rend compte car on ne suit jamais vraiment les stratégies que l’on avait sciemment préparé, on n’écoute pas les conseils des locaux et pour couronner le tout j’ai personnellement tendance à changer de leurre dès que j’en trouve un qui marche… Si ça c’est pas con…
-« T’as trouvé le pattern ?? »
-« Ouep ; mais je change, y’a peut-être un truc qui marche encore mieux ! »
Voilà-voilà le binôme de l’espace, mais pour retomber sur nos pattes on va dire qu’on est pas là pour scorer et que le fait d’être sur l’eau à raconter n’importe quoi nous rend bien plus heureux que le reste. Du coup bin c’était plutôt ça nos vacances...
Après oui, bien heureusement il y a u des moments poissonneux ; une matinée top water à enchaîner perches brochets et bass. Popper, stick-bait, des attaques dans tous les sens dans un cadre magnifique c’est des sensations qu’on avait presque oublié. Quel plaisir de faire du poisson.



On voit qu'on vieillit mal.. grosse galère pour remonter...

On se rend compte que c’est ce qu’on aime dans la pêche. Pas forcément faire du gros, mais faire du poisson en pêchant light et s’amuser réellement avec des touches régulières !
Ce genre de choses deviennent rares, trop rares. On en a donc profité !


Puis il y a eu ces sessions bass avec des pics d’activités extrêmement complexes à comprendre.
Trouver le leurre qui marche et là, pour le coup s’y fier et insister jusqu’à ressentir les lourdes touches qui illuminent les yeux du pêcheur que l’on est au fond de nous.
Un gros de décroché à la 3Dlinne thru trout, déception!


ça y est , ça rentre et quelle surprise de savoir que ce fish a gobé le 3D river roach 18cm!


Une session bass au big-bait qui restera gravée ! Tous ces moments fabriquent de supers souvenirs comme ce soir là où une douzaine de frelons tournaient autour de la lumière d’entrée… Adrien a du se transformer en « frelon’killer » et tant pis pour la prise de risque et le mur bien trop propre pour nous résister…

Attaque furtive du ninja fou!

Oui c’est pas bien de les avoir tué mais dans la maison la coloc partait du mauvais pied !
Cette petite semaine s’est enchainée avec les rencontres de l’association Black bass France au Temple sur Lot.
Un super week-end avec une super ambiance sans prise de tête, riche en enseignements et en échanges.
Le lot et ses bass boat!

Arnaud médite avant de faire un brochet.


Le top pour bien discuter de ces poissons qui nous fascinent avec des passionnés ! +1 pour les conférences qui nous ont appris beaucoup de chose et franchement chapeau bas à la fédé du 46 qui se bouge grave ! Je vous conseille de vous rapprocher de cette fédé et de jeter un œil aux études réalisées ! Un superbe exemple à suivre !


Niveau pêche sur le lot je vous avoue que je reste sur ma lignée désastreuse à l’instar de l’an passé où j’avais trouvé ce cours d’eau aussi joli qu’incompréhensible.
Une diversité très riche et beaucoup de poissons blancs qui rendent la pêche très technique et ça, ça demande d’être bon pour réussir à tirer son épingle du jeu! 
Qui a dit que les pêcheurs n'étaient pas beaux?

Finale du concours de pitching, les 2 Adrien d'affrontent mais la fougue de la jeunesse l'emportera!

Que c'est beau un faux ferrage!

Sylvain qui fera un joli bass ce matin

Krikri propulsion!

Les beaux goss de la stupide course de float-tube sans palme

Le vainqueur!

Ces petites vacances sont déjà loin derrière nous et l’automne s’est bien installé avec même des allures hivernales… Il va falloir donc profiter des derniers instants d’activités et de l’euphorie alimentaire que provoque l’arrivée des grands froids :!!!!! PROFITEZ-EN !

Merci à Benoit, Matthieu, Tanguy, Louis, Florent (pour vos conseils) Greg et Laetitia, Etienne David, Franck, Poupou, et toute l’équipe BBf pour l’acceuil et le taff admirable que vous faites au sein de l’asso !
Et merci à Adrien pour le partage de ces supers instants!


jeudi 30 août 2018

Le réveil du ragondin!





                    Sur mon bureau les gouttes de sueurs ont oxydées le petit ressort de mon stylo bille, le ciel est teinté d’un jaune beige rappelant les journées d’incendie. L’été a encore une fois frappé de toutes ses forces.
Nous voilà déjà fin août et c’est le moment de faire un petit bilan bass !
Mes quelques sessions se sont faites en fonction des disponibilités que laisse entrevoir le travail et la vie de famille. Par conséquent, elles ne sont pas forcément tombées sur une météo idéale ; ce qui joue énormément sur le résultat…
Attendre des conditions propices et ne pas pêcher quand on sait que ça risque d’être foireux nous permettrai surement de surfer sur une vague de sorties rentables mais hélas, notre vie n’est pas rythmée uniquement sur LA PECHE !! Alors quand t’en peux plus de cet été de maboul que t’as quelques heures de quartier libre et qu’une force phénoménale te dit d’aller au bord de l’eau ; bin tu fais ton sac et tu vas t’y ressourcer ! 

Dans ce cas, honnêtement, le résultat de la partie de pêche devient secondaire. Ce besoin vital d’être en pleine nature dépassant le reste !
Ces dernières semaines ont été accompagnées d’une cagne hors norme, t’en veux des 40/42/43 degrés toi ??? Franchement t’as le teston qui gonfle qui fuit qui finit par péter, entrainant la chute fulgurante de ton quotient intellectuel. Et oui, quand j’ai chaud je suis bête et quand je suis bête je vais à la pêche et quand j’ai chaud que je suis bête et que je vais pêcher ; je me transforme en RAGONDIN !
"Ahaha les black-bass ; vous faites dans votre froc hein !!!!"





Bin moi aussi, enfin non, c’est juste de la sueur qui ruisselle abondamment transformant mon superbe calçon la redoute en vulgaire pot de rillettes pur porc! Vous l’aurez compris, ce ragondin qui sommeillait en moi depuis bientôt une année s’est soudainement réveillé, entrainant avec lui sa déferlante de niaiseries !
Sérieux, on ne peut rien faire avec cette chaleur. En journée la pêche est impossible et de toutes façons trop dangereuse pour les poissons. Observez les ragondins l’été !
Sortent-ils en pleine journée ? Et non bande de bolos !
Ils se mettent à l’eau à la fraîche ; le matin de bonne heure ou le soir. Alors quoi? T’es plus bête qu’un rongeur ? Bin moi j’ai pas de personnalité ; je fais comme eux ! Puis franchement, autant s’les tremper dans l’eau non ? A la bien frérot !  

Fffff quand je vous dis que le soleil fait des dégâts…. En tout cas que ce soit en float ou du bord tous les quarts d’heure je me laisse glisser sous l’eau et qu’est-ce que ça fait du bien !
 
Depuis, dans ma bagnole flotte cette odeur chaleureuse de chaussettes envasées, de vieilles godasses ramollies par des heures plongées dans l’eau stagnante des étangs de la région. Une invitation à danser un collé-serré? Un tee-shirt Savage-gear toujours humide est étendu à l’arrière et le tout attend impatiemment la prochaine session. L’accoutrement et son parfum ne donne pas envie et pourtant c’est en pêchant de cette manière que j’arrive à faire quelques fishs car soyons honnêtes, la pêche est restée très dure. 

Les bass sont de plus en plus reculés dans leurs tanières et le choix des armes devient crucial. Je veux dire par là que dans un premier temps votre canne doit être puissante. Mon okuma one rod en 10/30gr en casting en fait parfaitement le job.
Le fait que cette série de canne soit hyper fast et très réactive permet d’extraire le poisson de son élément sans qu’il ait eu le temps de capter ce qu’il se passe. Vous me direz oui mais 10/30gr c’est pas super puissant non plus ! Bin non en effet mais pour skipper des leurres compacts d’une taille raisonnable afin de rester discret c’est juste ce qui me correspond. De plus comme je l'ai dis, la résonnance de cette canne nous permet d’être ultra réactif !
Du bord je suis même avec un modèle plus léger 7/20gr (en spining) qui reste polyvalent/léger/agréable. Tresse entre 10/13 ct et bdl fluoro en 30 ct. Agrafes Savage Gear Needle eggsnaps qui sont hyper costauds... 

Pour ce qui est des leurres employés je recherche avant même la marque, la couleur, l’imitation recherchée LA MORPHOLOGIE qui va le mieux avec le milieu et mon matériel. Ce que je sous-entends dans "morphologie" c’est le poids/densité/texture et la forme générale.
Je veux que cette morphologie colle au mieux aux propriétés de la canne pour en tirer tous les bénéfices et quand j’ai un accord parfait entre la canne le leurre et le milieu dans lequel je pêche, le reste m’importe peu ! La pêche devient alors bien plus simple, les présentations sont parfaites et le poisson se laisse leurrer beaucoup plus facilement qu’en forçant un quelconque pattern à se déclencher car soit-disant on a au bout de la canne le leurre de folie. Si ce leurre ne pêche pas dans la bonne couche d’eau, s’il descend trop lentement, si la canne le lance mal ou si sa forme l’empêche d’aller où il faut c’est mort ! Tout cela n’est pas bien clair n’est-ce pas ? Normal ça sort d’un cervelet de ragondin…

Mais avec les années je me rends compte (certes un peu tard) qu’une canne correspond toujours à un leurre en particulier. Les cannes sont souvent un minimum polyvalentes mais quand tu as trouvé son leurre "âme-sœur", le plaisir de pêche et les résultats sont juste exceptionnels !  
Un glouton que la 3d reaction cray fish aura fait craqué!

La 3D FROG REACTION de SAVAGE GEAR, une grenouille qui fera l'objet prochainement sur le site savage gear.com
Nous allons à présent attaquer la meilleure saison de l’année; l'automne. Les poissons vont remonter vers la surface et les bordures. Les bass, perches silures et brochets vont piquer des crises de boulimies !! Les techniques les plus fun comme le top water vont y aller bon train et tout ça pour ce putain d’plaisir que nous procure notre passion !
Alors un conseil, guettez les conditions favorables et allez au bord de l’eau ; ça va décoiffer !!

Le dernier poisson qui date d'hier (30/08/2018) et en surface en pleine aprem... ça commence à remonter vers la surface!!

Et voici la pépite de l'été, un black black; tout noir, l'ours indélogeable; une rareté de la nature de 53 cm ( ou 51 cm bouche fermée pour les puristes lol)