vendredi 7 juillet 2017

Pause bass!





        La "pause" bass c'est ce fameux moment que l'on attribue aux black bass pour qu'ils puissent se reproduire et ainsi gonfler le cheptel de notre plaisir... Oui, ne l'oublions pas et même si j'exagère à peine la sentence, on ne fait pas ça par pure écocitoyenneté mais plus par simple égoïsme halieutique.
Bon ça commence un peu cash mais autant ne pas se voiler la face. Je ne considère pas le bass comme nuisible, encore heureux bordel de merde!!, mais pas non plus comme un super poisson pour la biodiversité globale de nos milieux aquatiques. Il peut, en effet être un redoutable prédateur mais il est aussi très vulnérable face à de nombreux facteurs comme la surpêche, les crues et les pollutions. Cette instabilité des populations vient peut être aussi du fait qu'il est à la base Américain...
C'est donc une espèce fragile qui a tout simplement besoin des pêcheurs pour s'installer correctement dans des milieux minutieusement choisis.


Cette pause repro à quand même quelque chose d'avant-gardiste puisqu'elle ne découle pas de la règlementation en vigueur mais de la volonté de certains pêcheurs responsables qui ont décidé de leur foutre la paix pendant cette période critique.
Et oui, ce pauvre poisson ainsi que son copain le sandre se reproduisent au moment où la pêche aux leurres ouvre et en plus il font ça en bordure (surtout pour le bass), donc à la vue du tous et en plus il sont agressifs et en plus et en plus et en plus.... Bin tous ces "en plus" ça fini par faire des dégâts!


Alors comment  gérer cette espèce avec une règlementation à deux balles et cette hétérogénéité au sein même des pêcheurs??
Les pêcheurs sont les rois de la contradiction et j vais vous le prouver car moi aussi je vais me contredire... On pêche ou on pêche pas? Sur les nids c'est autorisé car c'est ouvert mais c'est pas bien !!! Pffff personne ne sait plus quoi faire et où et quand et qui et quoi??
Tout ce marasme fait évidement débat chaque année et tout le monde critique son voisin qui fait pas comme lui et dans tout ce bordel on est tous le con d'un autre.
Entre ceux qui pêchent le bass toute l'année, hiver y compris mais au vers, ceux qui pêchent sur les nids, ceux qui n'écrasent pas leurs ardillons (ah merde vous êtes 99%, bin tant pis j'vous l' dis:: vous chiez dans la colle), ceux qui les manipulent mal (y compris les autres espèces)
et ceux qui les prélèvent parce que c'est peut être bon à manger on ne sait plus où se positionner, on ne sait plus ce qui est bon ou mauvais?


Alors que faire?


Posons nous peut-être les bonnes questions... Puis merde, on oublie la base, pour ma part c'est ce qui me révolte le plus:


-"Mais où est passé le respect??"
-"Mais où est passé la bienveillance et le bon sens??"
-"Les poissons ne méritent t'ils pas une vraie putain de pause?"


Les conséquences d'une surpêche toute l'année sans pause c'est :


-Une éducation des poissons qui donne lieu à une grosse difficulté de capture et donc moins de plaisir au bord de l'eau.
-Un changement comportemental, les poissons se nourrissent, se déplacent et vivent différemment et ce, dans un stress quotidien.
-Un amaigrissement, des maladies s'installent et le taux de mortalité augmente malgré le No-Kill.
-Une très mauvaise reproduction.





Bref, quoi qu'il en soit si on veut faire les choses bien il faut apprendre; non pas à lire un calendrier mais bien à observer le cycle de vie de ce poisson car la saison de la "repro" est vaste et dépend de pas mal de paramètres::: luminosité, température, profondeur des plans d'eau, substrat, courant, et j'en passe.
Alors le pêcheur doit apprendre?? Bin oui!!! Et peut être aussi apprendre à poser la canne et à laisser ses spots reposer... On connait toutes les nouveautés par cœur mais l'écosystème?
Ah pardon, mot trop compliqué...




Quand pêcher? Quand pas pêcher?
Le black bass, certains le pêchent après l'hiver et juste avant la repro: en "pré spawn" (en pêchant "préspawn" on est assez proche de la période critique et le risque de compromettre ou perturber la repro existe) puis on le pêche après la repro: en "post pawn" et ensuite bin y a plus de nom, on pêche tout court mais ça fait moins pro et bien moins ricain.
Ces moments que l'on s'accorde ou pas peuvent je le concède faire débat.
Et la pause, elle serait différente selon les milieux mais en gros ce serait de Décembre à fin Février (2 mois) et de fin Mars à fin Juin (3 mois). Ce qui ferait 5 mois de tranquillou bilou!
Aux états unis ils ont carrément cartographié la période de repro:


Pour ceux qui aimeraient s'impliquer un peu plus pour ce poisson de sport n'hésitez pas à vous rendre utile auprès de votre antenne locale de l'association Black bass France:: http://www.blackbassfrance.org/blog/


Protégeons, respectons mais encore une fois quand c'est fait dans les règles, on peut pêcher!
Voici donc mon dernier poisson "pré spawn" et vous le voyez par vous même cette femelle est pleine. Je n'ai donc pas trainé niveau manip et photo (comme d'hab hein) afin de ne pas plus le stresser et la remettre intègre dans son milieu car elle, elle était assez précoce et mettra fin à mes sessions.



Maintenant place à des images de la repro avec les petits mâles qui gardent les nids; zizi time!



Et ici le mâle qui protège les alevins.

Désormais tout ça est bel et bien terminé, les alevins font quelques centimètres et tout le monde a reprit sa petite vie... On peut donc reprendre la pêche et vérifier leurs petites dents!!!!
Voici ENFIN les premiers diables verts de la saison!
Bonne saison bass à tous!!!
Pour changer de mes One Rod d'Okuma, la Finezze de Savage Gear en 3-12 gr avec un petit moulin Okuma Inspira permet de pêcher très finesse, un régal! 






lundi 3 juillet 2017

La mouche, l'éternel retour à la source



Quand on en a ras le bol de la pêche, rien de mieux que d’aller faire un tour à la pêche à la mouche !


          Sur le blog j’en ai déjà fait l’apologie mais il n’y a pas mieux que la mouche pour refaire le plein de sensation. La mouche, c’est avant tout la connexion, la symbiose avec la nature.
Prendre le temps d’observer, réfléchir, choisir, se déplacer, pour au final peut être tenter de poser son imitation quelque part et pêcher. La mouche c’est de la poésie et cette poésie s’apprécie d’avantage seul.

Petit chevesne à la mouche, on peut toujours compter sur eux!

Cette facette de la pêche me semble indispensable dans la vie du pêcheur, elle permet de le remettre en place, de lui redresser le corps, de réparer le cerveau et de laver l’esprit.
On parle souvent de difficulté technique, d'élitisme, de chapeaux à plumes, de golfeurs de la pêche, d'un état d'esprit fermé, mais aussi de nœuds, de mouches dans les arbres, de prises de tête sans fin, de finesse et de galères futures mais dans tout ça, qu'est ce qui est vraiment vrai? Franchement, j'en sais rien mais ce que j'en retiens, c'est que le jeu en vaut la chandelle.
Je ne vous mentirai pas, il faut en effet réapprendre à lancer, comprendre le geste, ce si beau geste qui vous emportera dans la peau de Brad Pitt et qui vous permettra par la suite de ramener des wagons de filles à la maison.
-« Ah bon, tu pêches toi ? »
-« Non, je pêche à la mouche ! »
Oui, grâce à la mouche, fini cette image complexée et ridicule du boff rondouillard et rougeot le cul posé sur une caisse rempli d’asticots à fixer d’un regard pervers la coulée tant attendu du bouchon. Vous deviendrez la star du village, le don juan de la rivière !
Alors, ça ne vaut pas le coup ??? Okok je me suis légèrement laissé distraire mais cette technique vous embarquera, c’est comme ça, on n’a pas le choix. Cette technique, une fois adoptée vous permettra aussi d'appréhender vos spots avec une lecture plus subtile, les détails deviennent la clef de la réussite.
La pêche à la mouche rend le pêcheur meilleur; tout simplement. Puis notre état au bord de l'eau est complètement différent, on ne fait pas de bruit, la concentration, l’exécution du geste parfait nous plonge ailleurs et c’est peut être ça qui fait le plus de bien quand on pêche à la mouche.
Un autre chevesne

Jolie barbeau qui s'est laissé piéger


Courbure parfaite de ma nouvelle canne spéciale carpe à la mouche: la SCIERRA SALIS en soie de 8; une merveille que je conseille pour ce type de pêche.

Très belle carpe qui repartira comme les autres





mardi 27 juin 2017

100 articles!!!





                 Pfiouuuu, il en a coulé de l'eau sous mon pont! Et oui pas moins de 100 histoires entre rigolades, technicité, récits, images et stockage de mémoire halieutique.
 
Je m'en rends compte, ce blog a évolué au fil du temps. J'étais parti à la base sur un gros délire avec ce pseudo "le dentiste", le but étant de prendre la pêche vraiment au second degrés. Puis petit à petit, non pas pour se prendre au sérieux mais pour pousser le côté esthétique j'ai pris beaucoup de plaisir à m'appliquer sur les images et les textes.
Mes idées de faire des vidéos se sont transformées en un opposé qui fige le temps sur cet espace virtuel. Des images et des mots; voilà ce que j'aime partager ici. Sans aucune ambition j'aime retracer ce que me fais ressentir cette passion qu'est la nature et son bras droit pour moi; la pêche.
Puis partager c'est aussi recevoir. Ca fait toujours plaisir de s'apercevoir que cette vision assez contemplative de notre environnement est partagée par d'autres car l'essentiel reste l'émerveillement et c'est en lui que recèle notre à capacité à sauver notre planète.
Merci à mes proches qui me permettent de vivre ma passion (je comprends les sacrifices et les compromis que cela demande) et merci à vous de venir m'encourager à poursuivre ce partage.
Il y aura encore je l'espère beaucoup d'eau qui coulera sous mon pont. Tout autant de voyages, de sessions de folie ou de bredouille! De partie de pêche seul ou avec des potes; peut être même avec mon fils et tout ça s'écrira avec le temps...
Mais pendant ce temps là justement::
-"Qui s'occupe des carries des poissons?"
-"Qui leur détartre les ratiches? Hein???"
La salle d'attente du cabinet dentaire est pleine, le devoir m'appelle!  
Mes souvenirs défilent; en voici quelques uns:




L'essentiel est là; la force qui me porte chaque jour et qui rend ma passion encore plus belle...

Un souvenir comment dire, horrible, un mal de mer à en crever...


La bonnaventure, un miroir...

Les amis de la gaule; jamais ne braconnent!

Barboucha alias papi alias Bruno, quelque part le couillon qui m'a foutu dedans jusqu'au cou... Je n'sais pas si je dois te dire merci!

La folie!


La bétise
La bêtise a parfois ses limites...
Le dauphin du koko
Premier vrai voyage pêche; en Amazonie, un souvenir impérissable, un rêve d'y retourner

Les gros chevesnes à la mouche; un régal!
Un poisson qui date, une session de fou avec le Grécal!!

Comment imaginer qu'il la refera quelques heures après... la magie du chebmaoui!




La première carpe à la mouche.. Contaminé!






Première truite en nymphe à vue dans "le " pays des truites ... qui voit la pollution continuer son désastre...
En chier pour enfin planer !!!

Les voyages laissent des traces indélébiles.. Superbe achigan à petite bouche


session ponton avec les amis du Québec!

Premier bar rayé après 2 semaines de recherche

ça rend fou il parait?

Un king comme ils disent
Premier vrai musky, en figure 8 en plus... ADRENALINE!!!


Belle histoire pour celui la, pris sur la dernière heure du séjour.. Oufff pas brecouille
barbeau comisio espagnol; une patate d'enfer!


Premier brochet à la mouche.. un record pas prêt d'être battu
Un poisson qui m'a traumatisé; attaque de fous dans moins d'un mètre...

Frénésie, une session qui se termine comme ça...




L'Irlande mais en France!
Frénésie, une session qui commence comme ça, et qui enchaînera 5 perches de ce gabarit et 8 brochets jusqu'au mètre. Etre là au bon moment et au bon endroit.

Des perches de cette taille; c'est presque un miracle
Une merveille!


Un des plus beau bass de la belle époque; bien avant la sursurpêche qui tout au long de l'année déforme les comportements

Superbe bass marocain




Surement mon maxi bass!